Vous n’êtes pas connecté.

  • “Hervé Bertaux-Navoiseau” a été banni
  • “Hervé Bertaux-Navoiseau” a initié cette discussion

Messages: 158

Date d’inscription: 21.01.2014

Localisation: Paris

Travail: retraité, chercheur en psychanalyse

  • Envoyer un message privé

1

10. 07. 2015, 11:28

SIDA, les africaines victimes de la circoncision !

ARTICLE LIE : La circoncision contre le sida, entre mensonge, sexisme et apartheid

La mise en œuvre de la circoncision de masse en Afrique aboutira à l'effet inverse
: propager l'épidémie par négligence de l'usage du préservatif, pour deux raisons :

1/ Les circoncis sont réticents à l'usage du préservatif

D'une part les circoncis – en particulier les jeunes sujets – se croient suffisamment protégés (1, 2, 3). La rumeur s'est
répandue en Afrique : "La circoncision, c'est le meilleur préservatif, le meilleur vaccin !" D'autre part et surtout, en portant atteinte à la sensibilité
du gland (4), la circoncision rend l'utilisation du préservatif, déjà peu agréable aux entiers, carrément rébarbative, si bien que ces messieurs refusent
les demandes de leur partenaire en ce sens. L'extension de l'épidémie en Afrique et aux USA (5) – où la majorité de la population est circoncise – semble
montrer qu'à long terme, la circoncision a l'effet inverse du but recherché. Le fait est qu'avec un taux de contamination du double de celui de l'Europe,
les USA sont le pays développé où l'épidémie s'est le plus propagée, et que l'Afrique est le continent le plus touché.

2/ La pire conséquence de la circoncision : elle rend les femmes plus sujettes à la contamination

La deuxième raison est l'aggravation de la transmissibilité du HIV aux femmes – et aux enfants des femmes enceintes
– due à l'abrasion du vagin provoquée par l'absence du prépuce.

Trois enquêtes (6, 7, 8 ) ont révélé que le prépuce limite les frottements irritants pour le vagin, pour cinq raisons : un, les entiers n'ont besoin que
de trois minutes pour parvenir à l'orgasme et peuvent prolonger cette durée au besoin, deux, ils recherchent les sensations douces procurées par
l'exquise sensibilité érogène et de toucher fin du prépuce (celle du gland est purement érogène) par des mouvements d'amplitude modérée, dans
un acte moins gymnastique, plus lent, doux et tendre (le bang-bang de Jack Nicholson ne peut être comparé à la douceur aérienne des scènes
d'amour de Michelangelo Antonioni), trois, n'étant plus une muqueuse, le gland circoncis, devenu une peau calleuse, dix fois plus épaisse (9), a perdu
sa délicatesse et son moelleux, quatre, le prépuce coulisse sur la hampe si bien que les frictions contre le vagin sont réduites, cinq, par sa mobilité
et ses replis, il joue un rôle semblable à celui des segments d'un piston et limite l'évacuation des sécrétions vaginales par la couronne du gland.

A l'inverse, Hammond (9) signale chez les circoncis "une extraordinaire
stimulation nécessaire à l'orgasme". Pour compenser leur perte de sensibilité, les mutilés
du prépuce ont besoin d'une grande amplitude de mouvement induisant, certes, le
massage profond du gland recherché mais aussi des frottements intenses. De plus
le champignon de la couronne de leur gland évacue peu à peu les sécrétions et
le vagin s'irrite. Selon l'enquête de Frisch (10) qui a porté sur un grand nombre de sujets, leurs partenaires ont
d'une part des difficultés plus fréquentes pour parvenir à l'orgasme, d'autre
part, quatre fois plus souvent (12% versus 3%), des douleurs dans les rapports (dyspareunie).

Le comble sont les monstrueuses pratique de l'excision et,
par dessus le marché, du "dry sex" inventé par les
circoncis pour obtenir une satisfaction plus rapide. En supprimant la lubrification naturelle, ces deux
pratiques raccourcissent la durée de leurs laborieux efforts pour parvenir à
l'orgasme. C'est aux dépens de leurs compagnes, traitées comme purs objets. Imposé
aux femmes. Evidemment, le dry sex (11) exclut l'usage du préservatif déjà
limité par la circoncision. Cela irrite au maximum le vagin, provoquant même, très souvent, des douleurs pour la
femme. Mais, comme révélé par une gynécologue (12), dans le couple excisée-circoncis, certains de ces messieurs protestent lorsque leur
partenaire excisée souhaite utiliser le lubrifiant prescrit pour la diminuer.

Résultat : la circoncision aggrave la transmissibilité du SIDA aux
femmes et les africaines sont plus susceptibles que les hommes d'être contaminées par le
VIH. Les rapports 2004 et 2006 d'ONUSIDA (13) ont révélé la
contamination de 13 femmes pour 10 hommes en Afrique.
En Afrique subsaharienne, les femmes représentent 59% des personnes contaminées et 75% des séropositifs de 15 à 24 ans.
Mais l'Afrique subsaharienne est la terre du "dry sex". En
démontrant que le risque de contracter le HIV est de 55% plus élevé pour les
femmes de circoncis
séropositifs
dans les deux années suivant la circoncision de leur compagnon (cette dernière, inutile, est effectuée pour que ces messieurs ne soient
pas "discriminés" !), deux enquêtes (14, 15) apportent la preuve des affirmations précédentes, rédigées
en 2007 après la publication de l'enquête du docteur Auvert.
Si le risque est diminué de 50% à 60% pour les hommes
mais augmenté d'autant pour les femmes, alors les éventuels fœtus, non-inclus
dans la statistique, devraient faire la décision contre la circoncision.
Signature de ”Hervé Bertaux-Navoiseau“ A bas les châtiments corporels des enfants ; ils leur enseignent la violence et la raison du plus fort.

Ce message a été modifié 15 fois, dernière modification par “Hervé Bertaux-Navoiseau” (12.07.2015, 16:38)


1 membre a remercié l’auteur pour ce message.

Remerciements :

caillou (12.07.2015)

  • “Hervé Bertaux-Navoiseau” a été banni
  • “Hervé Bertaux-Navoiseau” a initié cette discussion

Messages: 158

Date d’inscription: 21.01.2014

Localisation: Paris

Travail: retraité, chercheur en psychanalyse

  • Envoyer un message privé

2

10. 07. 2015, 11:28

(1) UN office for the coordination of humanitarian affairs. Swaziland : circumcision gives men an
excuse not to use condoms. IRIN 31 July 2008.
http://www.irinnews.org/Report.aspx?ReportID=79557
(2) Kalichman S, Eaton L, Pinkerton S. Circumcision for HIV prevention: failure to fully account for behavioral
risk compensation. PloS Med 2007 ; 4 (3) : e138.
http://medicine.plosjournals.org/perlser…al.pmed.0040138
(3) Myers A, Myers J. Male circumcision, the new hope? S Afr Med J 2007 ; 97(5): 338-341.
(4) Sorrells M., Snyder J., Reiss M., Eden C., Milos M., Wilcox N., Van Howe R. Fine-touch pressure thresholds in the adult penis. BJU international 2007 ; 99 (4), 864-869.
http://www.cirp.org/library/anatomy/sorrells_2007/
(5) United States has highest STD rate.
http://www.mercola.com/2004/mar/10/std_rates.htm
(6) O'Hara J., O'Hara K. The effect of male circumcision on the sexual enjoyment of the female
partner. BJU international 1999; 83 (suppl. 1) : 79-84.
http://cirp.org/library/anatomy/ohara
(7) Bensley G., Boyle G. [font='&quot']Effects of male circumcision on female arousal and orgasm. [/font]N
Z med J
2003; 116 (1181): 595-6.
( 8 ) [font='&quot']Frisch M[/font][font='&quot'], [/font][font='&quot']Lindholm M[/font][font='&quot'], [/font][font='&quot']Grønbæk M[/font][font='&quot']. Male circumcision and sexual function in men and women: a survey-based,
cross-sectional study in Denmark[/font]
, Int J Epidemiol, 2011, 1-15.
(9) Foley J. The unkindest cut of all. Fact magazine 1966 ; 3 (4) : 2-9.
(10) Hammond T. A preliminary poll of men circumcised in infancy or childhood. BJU 1999 (83) suppl. 1: 85–92.
(11) Beksinska M, Rees H., Kleinschmidt I., Rees HV, The practice and prevalence of dry sex among men and women in South Africa: a risk factor for sexually transmitted infections? Sex Transm Infect. 1999, 75(3): 178-80. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/10448396
(12) Piet E. Séminaire I.N.E.D. Paris, 10 décembre 2009.
(13) http://data.unaids.org/pub/EpiReport/200…piUpdate_Fr.pdf
(14) Wawer M., Makumbi F., Kigozi G., Serwadda D., Watya S., Nalugoda F. and others. Circumcision in HIV-infected men and its effect on HIV transmission to female partners in Rakai, Uganda: a randomised controlled trial. Lancet 2009 (374-9685) : 229-237.
(15) Serwadda D. Wawer M. et al. A population based approach to understanding a very clever virus: a brief history of HIV research and services in the Rakai health sciences program, Uganda. 15th Conference on Retroviruses and Opportunistic Infections, Boston, MA, 3-6 February 2008. Abstract 33LB.
http://www.icgi.org/2008/02/wives-more-l…cised-husbands/
Signature de ”Hervé Bertaux-Navoiseau“ A bas les châtiments corporels des enfants ; ils leur enseignent la violence et la raison du plus fort.

Ce message a été modifié 4 fois, dernière modification par “Hervé Bertaux-Navoiseau” (12.07.2015, 16:20)


Messages: 71

Date d’inscription: 26.05.2015

Localisation: Près de Montréal

  • Envoyer un message privé

3

12. 07. 2015, 16:02

On sait pourtant que la seule méthode efficace pour prévenir le VIH est le condom (préservatif). Il en existe pas d'autres pour le moment.